Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 20:03

politique-16-vignette

 

 

Une invitation à l’introspection écologique

On vit une époque, où l’on refuse le débat et où l’insulte, la catégorisation rapide, sont utilisées pour faire taire la contradiction. Il est temps d’arrêter le gaspillage des profits de 1789 et d’avoir le souci du réel et le sens du concret. J’en viens aux intentions de produire de l’énergie localement en déployant toutes les modalités possibles. Le débat est ouvert et le propos de cet article s’ouvre à la critique. La première question à se poser est la consommation  annuelle cumulée d’une ville. Je la base uniquement sur un modèle minimisé de 100 000 foyers disposant d’outils médiatiques (800Wh), d’un chauffe-eau électrique (1000Wh), d’un éclairage (200Wh), et d’un chauffage électrique (2000Wh). Une pondération sur l’utilisation de ces équipements effectuée en fonction de la journée et de l’année, nous indique que les 100 000 foyers consomment à l’année, 400 milliards de Wh ! Cela représente dans une estimation moyenne à 1000 MégaWh  par jour.  Avec quels équipements produit on cette énergie ?

Si l’on considère un ensoleillement de 8 heures en moyenne, il faudrait plus de 100 hectares de panneaux solaires. Si l’on considère que le vent souffle en continu 8 heures par jour, il faudrait plus de 15 km linéaire d’éoliennes. En tant que républicain progressiste, je ne pourrai pas m’opposer à mettre en place ces infrastructures pour  les substituer à environ une heure de fonctionnement d’une centrale nucléaire. Or cela soulève cependant entre autres, certaines interrogations au sujet de l’espace nécessaire pour mettre en place ces équipements. L’installation des panneaux solaires sur le toit des habitations n’est pas envisageable car tous les toits ne sont pas forcément au mieux orientés. L’exploitation de panneaux solaire doit se faire en unité de lieu pour en garantir une meilleure exploitation. Cela pose un sérieux problème car  Il n’est pas pensable d’immobiliser durant 20 ans des terres arables.

Appliquons ce déploiement d’équipements aux alentours de la ville de Marseille.  Les collines marseillaises, riches de leurs roches et orientées au sud pourraient être un très bon site d’accueil de ces fermes solaires.  Nous imaginons facilement  ce que serait Marseille, brillante de ses panneaux solaires couvrant le massif de l’étoile, de l’Estaque celui du Garlaban.

Le vent soufflant  la nuit,  des éoliennes, seraient installées en complément des panneaux solaires seulement en production le jour. Les collines déjà occupées par les panneaux  solaires,  les éoliennes seraient implantées sur les crêtes des massifs marseillais qui sont des zones délaissées et ventées. Des plateformes offshores d’éoliennes pourraient aussi être envisagées dans la baie de Marseille en s’étendant dans le périmètre du parc national des calanques, signe d’une intégration réussie dans l’espace naturel.   

Le paysage marseillais, serait métamorphosé, mais mis à la pointe de la technique pour répondre à sa propre consommation énergétique. Enfin,  Imaginons, dans 10 ans,  la prochaine « adaptation écologique » de notre société avec l’avènement de la voiture électrique. Combien d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques supplémentaires,  faudrait- il  implanter  pour assurer le surplus de consommation induit par des centaines de milliers de voitures ? Où trouverait- on l’espace nécessaire ?  

Ces différents points révèlent qu’il faut une écologie des lumières pour mettre en adéquation réalisme de terrain et moyens techniques.  Il faut sortir de la communauté d’émotions synchronisées voulue par  une politique écologique non programmatique qui nous fait penser que le chemin a prendre est le bon, en nous précipitant comme le troupeau affolé dans le gouffre.

Une unique solution technique  n’est effectivement pas suffisante mais un ensemble de modalités, un mixte énergétique est indispensables parmi lesquelles l’énergie  nucléaire sous des modalités d’exploitation dépendant d’une gestion publique sans sous-traitance doit être maintenue.

Il faut faire le pari de la mutation de nos espaces péri-urbains qui seront utilisés pour accueillir ces équipements de proximité de production d’énergie renouvelable. Reste à savoir quel pourcentage sera intégrable dans l’équation de la gestion  de nos espaces  avec la pression immobilière, l’ère du temps et les défenseurs d’un environnement préservé, naturel, brut. 

Je lance le pari de cette modernité.

 

Cédric Matthews pour le MRC comité de Marseille

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Emmanuel PALESI 17/10/2011 23:18


Sachant que la commune de marseille fait 24000 ha, en couvrant 5% de la surface de la ville, c'est à dire les toits de la ville on atteint 1200 ha de panneau photovoltaique, soit de quoi produire
l'électricité pour 1,2 million d'habitant d'après ton calcul.
Le problème du photovoltaique, c'est que les moments ou l'électricité est produite ne correspond pas aux pics de consommation et comme l'électricité ça se stocke très mal, le photovoltaique est
forcément seulement une énergie d'appoint.
Si l'on utilisait du photovoltaique sur tout les batiments publics (qui ne consomment de l'électricité qu'en journée) on pourrait effectivement envisager une conversion énergétique relativement
intéressante.


17/10/2011 23:43



et oui mais tous les batiments n'ont pas la même hauteur et certains font de l'ombre à d'autres. Une analyse linéaire n'est pas envisageable. De plus le chiffrage fait de
la consommation  dans l'article est volontairement minimisé et ne considère pas les énergies fossiles, pour montrer la difficulté de tabler sur une conversion énergétique
basée sur le solaire et l'éolien.  La remarque faite sur le solaire comme énergie d'appoint, s'applique aussi sur l'éolien. J'attends avec impatience et intérêt un bilan de production
possible  dans les villes comme Marseille, Lille, Paris, Dunkerque.... et un ratio réalisé prenant en compte   la consommation réelle cumulée en énergie fossile
et électrique.



Présentation

  • : Le blog du mouvement republicain citoyen de Marseille
  • Le blog du mouvement republicain citoyen de Marseille
  • : actualité et commentaires du Mouvement Républicain et Citoyen de Marseille
  • Contact